Comprendre les réactions émotionnelles


Par Daniel Siegel, neuroscientifique
www.apprendreaeduquer.fr


Ce modèle utilise une métaphore : le cerveau est comme une maison à 3 étages.

Le premier étage est la cave qui correspond au cerveau des réflexes ou cerveau dit reptilien (qui contrôle nos réactions involontaires : comme la pression artérielle, les battements du coeur ou encore la respiration). C’est cette partie du cerveau qui s’active quand on touche quelque chose de brûlant et qui nous commande le retrait de la main de la plaque chauffante.

Le deuxième étage est celui du rez de chaussée dans lequel est logé l’amygdale, centre des émotions. L’amygdale est en permanence en train de scanner l’environnement extérieur à la recherche de dangers et menaces potentielles. Quand l’amygdale repère un danger (létal comme un lion affamé ou non comme un examen ou une peur liée à une future situation à vivre), alors l’amygdale provoque une réaction de stress : attaque, fuite ou paralysie.

Le troisième étage est la pièce à vivre qui correspond à l’étage du cerveau rationnel, celui qui réfléchit, prend des décisions, analyse, met en perspective, anticipe et fait preuve de logique.Ce modèle permet de comprendre certaines réactions qui semblent irrationnelles. Sous stress, l’être humain n’a plus accès à son cerveau rationnel. Tout se passe comme si sa réflexion était débranchée parce que l’escalier pour passer du rez de chaussée à l’étage est bloqué.

Pour débloquer l’escalier, il faut reconnecter toutes les parties du cerveau, en commençant par le bas. Le premier pas, face à une personne prise par le stress, est de redescendre à la cave en l’invitant à se concentrer sur sa respiration ou à bouger.Le deuxième pas est de se connecter émotionnellement avec elle pour accéder au rez de chaussée. Cela passe par des mots qui valident les émotions (“tu as eu peur…”, “c’est vrai que c’est difficile de…” “tu as l’impression que…”), des gestes tendres, des regards chaleureux.

C’est seulement dans un troisième temps que la personne pourra à nouveau accéder à l’étage du cerveau rationnel. C’est à ce moment-là (et pas avant) qu’il est capable de répondre à des questions telles que “qu’est-ce qui s’est passé ?” ou “quelle réaction serait juste ? ou “de quoi ai-je besoin”.

En prévention, comprendre le modèle des étages du cerveau permet à la personne de comprendre le fonctionnement propre de son cerveau et de savoir se réguler en apprenant à se calmer de la manière la plus adéquate pour elle (comme la respiration, les ballades, le sport, et toute autre démarche d’auto-régulation).

Archives

Karin Alaman

Karin Alaman

Mettre au monde avec l’hypnose
Permettre à la femme de retrouver son autonomie pour son accouchement en tant que mère

079 422 06 08
karine@mamah.life